Home Best of Les Femmes Panthères

Marquent leur territoire

© Gaston Caron

Les Femmes Panthères inspirent bien des fantasmes, des légendes. Paré d’imprimé tacheté, ce duo mystérieux écume et égaye les événements culturels de la ville de Lille, du Nord Pas-de-Calais ou le Festival de Cannes depuis au moins trois décennies. Originaires d’Armentières, Pascaline Bénito et Esmeralda Petit, mère et fille, transforment la maison Folie Wazemmes en vaste terrain de jeu à l’occasion d’une exposition qui nous emmène sur leur piste !

« Une exposition de légende vivante, qui plus est locale, c’est exceptionnel » s’enthousiasme Barnabé Mons, commissaire de l’exposition (déjà à l’œuvre sur Kitsch Catch, 2008 et Corps Subtils, 2013). Nos félidés doivent une partie de leur célébrité à Cannes et son festival, où le tandem se rend depuis trente ans, posant aux côtés de Clint Eastwood, Whoopi Goldberg ou Quentin Tarantino – à moins que les stars ne posent avec elles ? « Pascaline et Esmeralda ont créé une image pop intemporelle, évolutive et à l’échelle d’une vie, précise leur ami. Elles sont fascinantes ». Dès 1997, une quinzaine d’artistes participait à l’exposition qui leur était consacrée, à la Galerie 31 (Lille). Aujourd’hui, 150 répondent présents. Autant d’œuvres où références psychédéliques, animales et locales déploient un univers fantasmagorique. Citons le photographe Marc Dubord, la peintre Michèle Ann Dix ou feu Michel Frézin.  « De la fausse affiche de cinéma au gri-gri en passant par le totem, la diversité des pièces est telle que la scénographie est un vrai casse-tête » lâche le Lillois dans un sourire.

Safari
Pour accueillir la manifestation, la maison Folie Wazemmes change de peau : murs noirs, moquette carmin. Ainsi, le parcours s’ouvre sur un impressionnant mur d’archives long de dix mètres. Une façon pour le commissaire d’exposition d’interroger le visiteur : qui sont ces femmes léopards ? Qu’incarnent-elles ? Que laissent-elles en héritage ? Un début de réponse s’esquisse en pénétrant une jungle tropicale où trônent le portrait photo de Jean D’Alban, l’installation de Gisèle Frézin ou le graff des pochoiristes The Dude Company. Septième art oblige, la visite se poursuit dans un « musée cinéma », comprenez une salle obscure où les réalisations de panthère fille, dont Les Reporters de L’Extrême (sont mises en lumière. La traque se clôt à l’étage, dans ce que serait la chambre d’hôtel cannoise de nos deux fauves après une nuit de teuf… Ambiance after sous la houlette de Art.M, ça déménage. Un événement qui a de la gueule !

Elsa Fortant
Informations
Lille, maison Folie Wazemmes

Site internet : http://mfwazemmes.mairie-lille.fr/fr

Grrrrrr…! sur la piste des femmes panthères08.02.2014>23.03.2014mer>sam, 14h>19h, dim, 10h>19h, gratuit, Vernissage le 07.02 à 18h30
Articles similaires
Photographie réalisée pour-le-roman-photo Il Giorno-dell’odio-(Le Jourde la haine)-publié dans Bolero-film,1962-1963