Cherchez le garçon

© Tristan Besnard

CURSUS DE MODÉLISTE ET IMAGINATION FERTILE RÉSUMENT LE JEUNE PARCOURS DE TRISTAN BESNARD. RÊVEUR AU RIRE FACILE, LE STYLISTE AFFIRME SON ATTACHEMENT À L’ARTISANAT. APRES UNE BREVE INCURSION DANS LE PRÊT-À-PORTER FÉMININ,  IL A CRÉÉ SA MARQUE POUR HOMMES EN 2011, AVEC LA FERME INTENTION DE RÉACTUALISER LE DRESSING DU DANDY. POUSSONS LES PORTES DE SA GARÇONNIÈRE.

Un nom joliment désuet pour une marque moderne. « La garçonnière, c’est l’histoire d’un garçon tombé dans un vestiaire d’hommes : des vêtements classiques auxquels je donne un aspect ludique, grâce à un col noué sur une chemise ou un bouton de chino décalé de quelques centimètres. »  Si Tristan Besnard a appris à coudre, petit, avec sa mère, le Nantais, passé par le Morbihan et Saint-Brieuc, revendique n’être pas tout à fait sorti de l’enfance, ancrée dans l’ADN de ses collections. Le jeune homme de 24 ans a d’ailleurs convaincu le label Maisons de mode avec un projet s’inspirant du scoutisme – enfin, moins par les Louveteaux que par la poésie de Wes Anderson dans Moonrise Kingdom (2012).

Made in France
Confectionnés par des ouvrières de la région, tout en laine française et finitions impeccables, ses vêtements (essentiellement des manteaux, des chemises et des pantalons) remportent le concours Who’s Next en 2012, et le créateur tape dans l’œil d’un revendeur canadien. Un début prometteur, qui ne lui permet pas encore de « s’auto-suffire ». Le Breton combinera dès janvier sa griffe à un poste pour la Redoute, comme styliste manteaux… pour femmes. Rien d’étonnant, en fait : « De plus en plus de femmes portent La garçonnière ! ». Arrivé au terme de son contrat dans l’incubateur lillois, Tristan Besnard espère ouvrir une boutique- atelier au Vestiaire à Roubaix. « Je ne suis pas encore prêt à voler de mes propres ailes », sourit-il. Nous, on en est sûrs, le petit garçon deviendra grand.

 

Marine Durand

Bio express

• 1989 : Naissance à Nantes
• 2007 : Titulaire d’un Bac Pro artisanat et métiers d’art après un BEP métiers de la mode
• 2008 : Entame une formation design de mode à l’institut Saint-Luc à Tournai, mais n’ira pas jusqu’au bout (« Trop formatée »)
• 2010 : Lance sa première marque de prêt-à-porter féminin avec une collègue. L’expérience tourne court.
• 2011 : Intègre le label Maisons de mode et crée la marque La Garçonnière.
• 2012 : Sélectionné pour le salon parisien de jeunes créateurs Who’s next.
• 2013 : Sortie de sa 4e collection, « Kalon a Dilhad » (vêtements du cœur, en breton)

Boutique / Jardin de Mode, 58/62 Faubourg des Postes, 59000 Lille
À visiter / www.lagarconniere-studio.com

Articles similaires