Home Cinéma Breaking Bad

Franchir la ligne

© Ursula Coyote

La cinquième saison de Breaking Bad achève le chemin de croix de ses personnages. Émaillée de quelques péripéties capillotractées, l’oeuvre de Vince Gilligan voit le professeur de chimie Walter White dépasser la ligne jaune. Dans un ultime twist, il se transforme en Willy Wonka des amphètes.

Bref rappel, pour les néophytes : enseignant dans un lycée d’Albuquerque, M. White découvre qu’il est atteint d’un incurable cancer du poumon. Dans l’urgence, ce quinquagénaire décide d’assurer l’avenir financier de sa famille en fabriquant de la crystal meth sous un faux nom. Et se trouve absorbé dans une spirale infernale. Il s’agit, entre autres, de produire toujours plus dans un labo improvisé dans un camping- car et d’éliminer un rival… Son beau-frère, l’agent des Stups Hank Schrader, cherche à démasquer celui qui se cache derrière le pseudonyme Heisenberg. Hélas, la vérité éclate dans des circonstances excessivement fortuites et indignes du jeu de pistes sans faille des premières saisons. Regrettons aussi la faible caractérisation des personnages récurrents (Walt Jr., Skyler, Mary) entourant les rôles principaux (Walt, Jesse, Gus, Hank). A contrario, les nombreux plans larges soulignent avec brio l’isolement d’un homme traqué, préoccupé par le regard des siens sur ses activités – mais plus seulement. Car entre les mains de Heisenberg, le pouvoir, si grisant, défie toute morale jusqu’à bouleverser le sens des priorités d’un homme autrefois rangé. Malgré quelques paresses, Breaking Bad entre donc dans le panthéon des séries qui comptent, naviguant entre drame, polar et comédie noire.

Florian Koldyka

Dès le 06.12, Arte, 22h20 / Dès le 14.12, OCS Choc


Articles similaires