L'enchanteur

asgeir-Trausti3©Vera-Pálsdóttir

On aurait souhaité vous épargner les clichés sur l’Islande – terres de glace et de feu, de traditions et de modernité, ce genre, mais on s’y vautre à nouveau pour vous présenter Ásgeir Trausti. Ce jeune prodige de 21 ans qui souffle le chaud plutôt que le froid est devenu l’artiste le plus populaire d’Islande devant Björk et Sigur Ros.

Doté d’une voix séraphique, Ásgeir évoque avant tout les envolées célestes d’un Justin Vernon (Bon Iver). On y devine le mal-être et la souffrance, l’envie d’ailleurs et le romantisme à fleur de peau. Une vie pas facile, donc. Tout faux : choyé par une famille de musiciens (Papa joue de l’accordéon, Maman tient l’orgue à l’église du coin), le jeune homme commence à faire du boucan avec ses copains à l’âge canonique de… dix ans, avant de se tourner vers un folk plus fragile, plus précieux, plus ténu, aussi. Armé de quelques chansons écrites dans sa chambrette, Ásgeir, poussé par quelques amis, dégote un producteur et publie deux merveilles, Dýrð Í Dauðaþögn (2012) et l’anglophone In The Silence (2013).

Combien ? Depuis, le jeune homme a fait du chemin, tournant sans relâche sur les scènes britanniques en compagnie de groupes comme Of Monster And Men ou d’artistes reconnus tels l’immense John Grant (The Czars). Au point, parfois, de voler la vedette à certains d’entre eux – mais chut ! Pas de nom. C’est qu’il est difficile de rester insensible à cette voix cristalline, à ces arrangements nacrés et à ces chansons tombées du ciel. Une fois encore, cette petite île perdue en plein océan Atlantique accouche d’un génie briseur de coeurs. Question : combien de talents l’Islande couve-t-elle encore ?

Pauline Tissot
Concert(s)
Ásgeir + Farao
Bruxelles, Botanique, Witloof bar, Bruxelles

Site internet : http://www.botanique.be

03.12.2013 à 19h3014/11/8€
Articles similaires