Home Festivals Doomsday 2013

Apocalypse Now ?

© DR

Notre heure sonnera le 21 décembre 2012. Les Mayas ont prédit l’inversion des pôles, la digestion de l’Homme par un méchant trou noir, on en passe et des meilleures… bref la fin du monde ! Quitte à y passer , c’est peut-être la dernière occasion de faire une belle grosse teuf. Alors on danse !

Quatre salles (dans l’immense Anvers Expo), quatre styles (techno, electro, drum’n’bass, hardcore) : avec sa bonne trentaine de DJ’s d’envergure, le festival Doomsday n’a rien à envier à son homologue gantois, l’ultra-réputé I Love Techno. Jugez plutôt : Jeff Mills, Robert Hood, Gaiser, Booka Shade, Atari Teenage Riot, Roni Size, Redhead, Mathias Kaden, Crookers, The Advent,… N’en jetons plus, si on doit tous crever le 21 décembre, autant que ce soit sur du bon BPM, les bras en l’air et le cortex en transe. Certains signes ne trompent pas : l’ultime morceau du dernier album du vétéran Jeff Mills (The Messenger, 2012 ) s’intitule Last Of The Human Harvest, et celui du minimaliste Robert Hood (tiré de l’excellent Motor : Nighttime World 3, 2012), A Time To Rebuild… Autrement dit, dans le milieu de la techno, on ne frémit pas devant le calendrier Maya. De Kraftwerk à Daft Punk en passant par Juan Atkins (Cybotron, Model 500), l’extinction de l’Humanité au profit des machines a toujours nourri la psyché électronique… Cela étant, on espère tout de même voir le soleil pointer le bout de ses rayons le 22 décembre. Une autre prédiction évoque une tempête de météorites en 2116. Ce qui laisse un peu de temps. C’est où l’after ?

Grégory Escouflaire

DOOMSDAY
21.12.2012, 19h45-06h, Anvers, Antwerp Expo, 36€, www.doomsday.be

Articles similaires
© Julien T Hamon

© Bradley Murray