© Laurent Chéhère

Mais quelle tornade fait décoller toutes ces tristes maisons de banlieue ? On songe immédiatement à Là-Haut (2009), jolie fable numérique des studios Pixar. « Je pensais plutôt à un film de 1956, Le Ballon Rouge, corrige Laurent Chéhère, auteur de ces clichés poétiques. Pixar lui a tout pompé ». Voilà pour la précision historique. Le plus important ? Ce Ballon Rouge prenait son envol à Ménilmontant, quartier de résidence du photographe. « Un coin très cosmopolite, où l’on peut faire le tour du monde en allant chercher le pain ». Le tour du monde, Laurent Chéhère l’a déjà fait, au cours de reportages au Japon, à New-York ou Copsa Mica (Roumanie), l’une des villes les plus polluées du monde. « Cette série possède aussi une force documentaire, modère Chéhère. Il s’agit de pointer un phénomène. En l’occurrence, de mettre en valeur des bâtiments oubliés, des hôtels de passe ou des maisons borgnes de ce Paris populaire qui survit encore. C’est pourquoi j’ai pris mes photos à Ménilmontant, Pantin ou Belleville ». Ironie de l’histoire : ces maisons n’existent pas vraiment. L’ancien créatif publicitaire shoote des dizaines de bâtisses sous le même angle, avec la même lumière, puis retravaille le tout avec Photoshop pour en construire une seule. En format 120x120cm, ces images prennent tout leur sens, laissant tout le loisir au créateur de cultiver le détail (un graff, une inscription, un personnage…) pour exacerber leur réalisme. Utiliser les artifices pour révéler le vrai ? Une définition de l’art, en quelque sorte.

Thibaut Allemand

Flying Houses, jusqu’au 4.11.12, Paris, Galerie Paris-Beijing
www.galerieparisbeijing.com
www.laurentchehere.com