Supermeng

Monkeytown Records

Avant de faire profiter son entourage de ce plaisir coupable, il conviendra de se trouver de sérieuses excuses : le huitième album du germano-mexicain (de Miami) convoque dans une joyeuse collision de stridences acid, de breaks, de blips et de broc tout ce que l’électro peut offrir de plus outré. La récréation d’un déclassé ? L’élégance consiste à ne pas faire étalage de son pedigree, quand on descend en droite ligne du Kraftwerk de Boing Boom Tschak, et qu’on a l’ADN imbibé de l’étrange poésie robotique d’un Bruce Haack (les effets de vocoder de Quasar et Gravitron). A force d’écoutes successives, le vernis bouffon se craquèle, et la beauté de ce collage s’impose. Les excuses sont toutes trouvées, et Otto von Schirach mérite sa particule.

F-X Beague
Articles similaires
Meute_(c)Jennifer-Schmid