Jérôme Skalski - Éd. la Contre-Allée

On ne va pas vous retracer ici l’histoire de la crise financière, on en connait tous les conséquences : chômage, récession, agonie grecque, Espagne et Portugal au bord du gouffre, sans parler de la montée des extrêmes-droites (Hongrie, Pologne, Grèce encore…). En dépit des manifestations et alternatives proposées par les gauches européennes, les solutions capitalistes pour répondre à une crise du… capitalisme sont présentées comme inéluctables. Seule l’Islande a dit non. Étonnamment (?), cette affaire fut un peu moins relayée. Saluons alors l’initiative de Jérôme Skalski. Habitué des colonnes de L’Humanité, ce journaliste tient la chronique de près de trois ans de changements profonds dans une île aux avant-postes de l’ultra-libéralisme. Là-bas, en 2009, la rue a eu raison du gouvernement en place, mis au pouvoir une femme de gauche et refusé de collectiviser la dette des banques privées. Dans la foulée, une assemblée constituante fut mise en place. La suite se joue d’ailleurs ces jours-ci. Tout le mérite de l’ouvrage de Skalski est de relater, de façon quasi-quotidienne, les actions, avancées, reculs et avanies d’un peuple qui a su se prendre en main pour agir, au lieu de subir. Salutaire !

Thibaut Allemand