Home Musique The XX

Matière grise

© Jamie James Medina

Affichant des visages placides , les membres de The XX semblent d’une timidité maladive. A défaut de changer la face du monde, l’introspection de ces jeunes gens mal à l’aise est touchante. Reprenant les codes de la new wave qui fait froid dans le dos, le trio londonien jouit aujourd’hui d’une position unique sur l’échiquier pop.

« S’il vous plaît, apprenez moi tranquillement, comment respirer. Et je traverserai les océans comme jamais auparavant ». En péril, Romy Madley Croft lâchait cette sentence au cœur du séisme XX (2009). À l’ombre de son deuxième effort, Coexist (2012), composé en plein centre des quartiers affectés par les émeutes londoniennes, The XX confirme qu’il est le groupe talisman de notre époque. Car crise oblige, le trio britannique décline les teintes poivre et sel comme d’autres répètent leurs gammes, jour et (surtout) nuit. La production de l’éminence grise Jamie Smith calibre des titres sur le qui-vive et maximalise le minimalisme. Pour preuve, Romy, petit bout de femme au teint pâle, ne pince sa guitare qu’en alternance au chant, jamais simultanément. Partageant le front de scène, le chanteur et bassiste Oliver Sim, profil bas, diffuse un début de groove caractéristique (Islands, Chained, Crystalised), rappelant le jeu des fragiles colosses de Young Marble Giants. Moins-disantes, leurs mélodies se mêlent à des textes limpides et mélancoliques, rongés par les liens intimes de deux amis, amants, qu’importe. Aucun effet de manche : ces rythmes syncopés et cymbales étouffées nous plongent dans un spleen ravageur. Magnétique, le live exprime la pleine mesure de cette cold wave sur la longueur, unissant Reunion et Sunset, ou encore Fantasy et Shelter. Un mariage de déraison.

Florian Koldyka

The XX
19.11, Lille, L’Aéronef, 20h, complet !
21.11, Anvers, Lotto Arena, 20h, 132/34€, www.sportpaleis.be

Articles similaires