Home Musique Animal Collective

Futurama

© Atiba Photo Corp

2042. Demain, donc. Les membres d’Animal Collective ont la soixantaine. Geologist et Avey Tare sont rentrés à Baltimore, Panda Bear coule des jours paisibles à Lisbonne, Deakin a mis les bouts on ne sait trop où. Dans les kiosques, Mojo et Rock&Folk affichent Animal Collective en une. Mais pourquoi donc ?

Parce qu’Animal Collective fait désormais partie du patrimoine, au même titre que Neil Young ou Paul Weller. Or, sont réédités ces jours-ci tous les albums du collectif, remasterisés, gravés sur vinyles 728 grammes, accompagnés d’un DVD Purple- Ray compilant des lives captés à l’iPhone 5 (une antiquité)… Bref, c’est l’occasion pour les historiens de revenir sur l’impact de la formation à géométrie variable. À l’aube du xxie siècle, cette bande de musiciens hirsutes et hors-normes, amis des pas faciles Black Dice, se réappropriait le freak folk, la noise ou l’electro. Signait des tubes diagonaux trempés dans la réverb’ et poussait une génération à danser comme des Indiens, noyés sous des litres de nostalgie acide. Le groupe conservait son intégrité, jouant au MoMA new-yorkais avant d’investir le très DIY Grrrnd Zero lyonnais la semaine suivante, pour un maigre cachet. Et les années vingt ployèrent sous le poids de jeunes formations redécouvrant ces formules magiques et tentant de les recréer, en vain. Mais quid de la fin d’Animal Collective ? Et bien, un beau jour… Bon, nous ne sommes pas en 2042. On ne peut tirer de plans sur la comète. Et alors ? Les voir sur scène, c’est assister à l’Histoire en marche. C’est déjà pas mal, non ?

Thibaut Allemand

Animal Collective + Prince Rama
09.11.2012, Tourcoing, le Grand Mix, 20h, 26/23€, +33 (0)3 20 70 10 00, www.legrandmix.com
10.11.2012, Anvers, Muziekcentrum Trix, 19h30, 28/25€, +32 (0)3 670 09 00, www.trixonline.be

Articles similaires
© Julien T Hamon

© Bradley Murray