Home Cinéma

© C.A.N.A.L. International

Les Vieux de Groland
On se demande toujours d’où viennent nos acteurs, surtout nos vieux ! Mystère… On peut leur demander n’importe quoi. L’un d’eux, qui se vantait toujours d’avoir connu De Gaulle, partait sans problème, nu, à l’assaut d’une vache en pleine campagne. Je me souviens aussi de ce couple très amoureux, qui nous a quitté à plus de 80 ans je crois. Un jour, on leur avait écrit un sketch pour tous les deux, « Pas évident de se branler ! », c’était le thème… Elle finissait sur une phrase du genre « Tiens, te voilà encore en train d’enculer un coussin » ! Nos vieux, ils adorent ça, ils nous aident à écrire des conneries de plus en plus grosses.

Censure ?

On a carte blanche, on peut faire des blagues sur les nazis et le caca des mamies sans retenue. Mais, je me souviens de la rumeur de relation entre Carla Bruni, alors première dame de France, et un chanteur français… On s’était engouffré dans l’histoire comme des vautours ! Mais là, la direction nous a appelé… Et les sketchs sont passés à la trappe. C’est vrai que deux jours après,

© Xavier Lahache

© Xavier Lahache

on a su que c’était une grosse connerie ! Quoique… Dans tous les autres cas, comme dirait Michael Moore : on peut se foutre de la société capitaliste, du moment que cela paye…

Esprit Canal
On en a tous une définition. À la base, c’était des gens qui n’étaient pas du tout destinés à la télévision. Alain Chabat, Alain De Greef, moi… On n’avait pas les têtes des présentateurs d’aujourd’hui, les blondes qui présentent les JT, et les bruns qui présentent les jeux ! Canal+, c’était une réunion de gens qui n’étaient pas du tout préparés à ça, des journalistes de presse écrite et radio qu’on a posés devant une caméra… Dans le pilote de Groland, en 1988, on voulait « faire barrage à la Dorothéisation de la société ». Pierre Lescure, à l’origine, nous disait que nous étions trop en avance sur notre temps. Avec le temps, tout change… Mais nous, on rempile.

 

En Gro…

© DR

© DR

 

Le Grand Soir
De Benoît Delépine et Gustave Kervern, avec Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Brigitte Fontaine, Areski Belkacem.
Une fratrie atypique prépare la révolution dans une zone périurbaine. Entre tentative d’immolation par le feu, rodéo en tractopelle et beuveries extatiques, Le Grand Soir ne viendra pas. Reste un film qui renoue avec la meilleure tradition insurrectionnelle française.

 

 

 

 

 

 

Les Producteurs De Porcs
World Famous All Stars (PIAS)
Pour les acharnés, les 30 plages de l’album des Producteurs De Porc s’enquillent d’une traite. Q uelques invités de luxe (Etienne Charry, Didier Wampas) des reprises de Nancy Sinatra, des Cramps, de Régine (Les Femmes ça Fait Pédé) et une pelletée de brûlots de leur cru. à ranger tout près de Didier Super.

© DR

© DR

De Groland Au Grand Soir
Entretien avec Benoît Delépine et Gustave Kervern, par Hervé Aubron et Emmanuel Burdeau. (Éd. Capricci, 224p., 16€)
Depuis leur jeunesse tumultueuse jusqu’à leur vision du cinéma, les deux trublions (Dieu sait qu’ils détestent ce mot, c’est pour ça qu’on l’utilise) dévoilent tout, ou presque, de leur psyché et de leur métier. Ça ne vaut pas un portrait chez Mireille Dumas, mais ça se lit bien.

 

1er festival du film grolandais
à Toulouse
17>23.09.12
On se souvient de la belle épopée du Festival de
Quend, un weekend de cinéma borderline en bord
de mer. H élas, il faut désormais filer à Toulouse pour
assister au festival du film Grolandais. Pas toujours à
la page, mais toujours à la marge, un cinéma qu’on voit
rarement ailleurs.
http://groland31.wordpress.com/

Articles similaires