Home Exposition Georges Vercheval

© Georges Vercheval

Le nom de Georges Vercheval, natif de Charleroi, est attaché au Musée de la Photographie qu’il a créé dans cette ville, et longtemps dirigé. Mais Vercheval est aussi, et avant tout, un photographe singulier. « Son » musée lui rend hommage avec une rétrospective en noir et blanc.

S’il n’avait fondé en 1987 le beau musée de Charleroi, quel rang Georges Vercheval tiendrait-il dans l’histoire de la photographie ? Au vu de cette rétrospective qui court des années 50 à 1988, date à laquelle il a cessé de photographier professionnellement pour se consacrer à la direction du lieu, la question reste posée. Non pour des raisons de mérite – Vercheval est incontestablement talentueux – mais plutôt de positionnement artistique. Car son domaine esthétique se révèle rétif au classement, comme une « zone grise » à la croisée de la recherche artistique, du documentaire, du carnet de bord et de l’exercice technique. Surtout, Vercheval est de ces photographes rares dont l’ego semble s’effacer devant le sujet : une porte de frigo, un terrain vague, un bloc de polyuréthane sont vus d’un regard épuré, dépourvu « d’effet » fut-il même minimaliste. L’éthique de l’image, le respect du sujet et la justesse du cadrage prévalent. En tirages d’époque étonnants de fraicheur, les photos exposées ici captent l’ordinaire avec une distinction naturelle. Elles ont pris, avec le temps, valeur de méditation sur le monde tel qu’il est. Transitoire, banal et mystérieux.

Antoine Pecquet

Georges Vercheval, l’ordre des choses
Jusqu’au 20.05.12, Charleroi, Musée de la Photographie, mar>dim, 10h>18h, 6/4/3€, +32 (0)71 43 58 10

Articles similaires
Photographie réalisée pour-le-roman-photo Il Giorno-dell’odio-(Le Jourde la haine)-publié dans Bolero-film,1962-1963